Picture of Breastfeeding moms made of stone .

Des symptômes d’une hyperlactation au retour du B-A BA de la mise au sein

 

Si Françoise Coudray, consultante en lactation IBCLC nous donnait des conseils en matière de gestion de surproduction de lait dans un article précédent, elle tient aujourd’hui à préciser que le réflexe d’éjection fort n’est pas forcément associé à une production exagérée et doit donc être dissocié de l’hyperlactation. Elle précise aussi que certains des signes qui pourraient faire penser à une hyperlactation peuvent aussi révéler d’autres soucis et appellent donc à une vigilance accrue. Elle propose une grille de lecture, une sorte de « diagnostic différentiel » pour les aidants et professionnels du conseil en allaitement.

Continuer la lecture

overflowing water glass

Montée de lait et engorgement : un couplet inévitable ?

Votre bébé est né. Il a commencé à téter le colostrum et puis, aux alentours du deuxième au troisième jour survient ce que l’on appelle communément la « montée de lait ». C’est alors que les mères évoquent un certain nombre d’expériences variées. Voici un aperçu de ce qu’elles décrivent la plupart du temps : « La montée de lait ? Je ne m’en suis même pas aperçue ! », « Quelle horreur j’ai passé deux jours avec des seins tendus à bloc et je souffrais le martyre ! », « J’étais fière de mes seins, bien ronds et chauds, ça me rassurait : j’avais tout le lait nécessaire pour mon bébé ! »

Continuer la lecture

breastfeeding

La régulation de la production lactée : loi de l’offre et de la demande

Discutez allaitement et vous entendrez sûrement « moi je n’avais pas assez de lait pour mon bébé » « Ma mère n’a pas pu nous allaiter ; ce sera sûrement pareil pour moi », ou à l’inverse « Je dégoulinais j’avais vraiment trop de lait pour mon bébé, je pouvais en nourrir deux ».

Continuer la lecture

Curious little girl smells a flower

Le lait maternel, nourriture « psycho-émotionnelle » : l’univers olfactif …

On constate chez les bébés allaités une sorte d’addiction à la tétée. L’odeur de leur mère semble leur procurer une véritable délectation : elle est particulièrement apaisante. Des recherches ont été menées sur le sujet et leurs conclusions sont intéressantes.

Continuer la lecture

Breast-feeding

Allaitement : et si on encourageait les mères en surpoids à tenter l’aventure ? (épisode #2)

Dans un précédent article, nous avons passé en revue certaines des difficultés auxquelles les mères en surpoids peuvent être confrontées lorsqu’elles désirent allaiter. Voici un complément d’astuces pratiques qui leur permettront de savourer elles aussi cette aventure avec bonheur et délectation.

Continuer la lecture

stk206375rke

Allaitement, sommeil de la mère et sommeil de l’enfant

La fatigue, voire l’épuisement maternel est un motif fréquent de consultation de jeunes mères. C’est également l’une des premières causes d’arrêt de l’allaitement maternel. Les mères, souvent influencées par leur entourage, peuvent être amenées à penser que l’allaitement est la cause de cette fatigue.
Qu’en est-il vraiment ? Que faut-il savoir au sujet du sommeil de la mère et de l’enfant durant l’allaitement ? Quelles solutions pour « survivre » à cette période éprouvante de la vie de jeune mère ? C’est ce que nous allons découvrir.

Continuer la lecture

billet d humeur

Conseil et Allaitement :comment se frayer son chemin lorsque l’on est une jeune maman ?

Françoise Coudray :
« Dans ma pratique, je suis souvent surprise de constater des lacunes en matière de formation et de rigueur de la part d’un certain nombre de personnes (professionnels ou bénévoles) bien intentionnés. Ils interviennent directement ou pas dans le conseil en allaitement auprès des mamans que je vois en consultation.
Il est dangereux de vouloir ralentir une production de lait d’une mère allaitante sans s’être auparavant assuré qu’elle produit effectivement trop de lait pour son ou ses enfants. Une hyperlactation n’est pas uniquement liée à un réflexe d’éjection fort ; et un réflexe d’éjection fort ne signifie pas qu’il y a forcément une trop forte lactation surtout dans la période des six semaines après l’accouchement. Enfin, des seins qui restent trop pleins, ou bien un enfant qui s’étrangle, et tousse au sein ne signifient pas forcément un bébé face à des seins qui produisent trop de lait et trop vite.
Dernièrement, je suivais une jeune maman de jumeaux à qui il a été conseillé à plusieurs reprises, par des professionnels ou assimilés, et par des bénévoles d’associations des techniques de « block feeding » consistant à ne présenter qu’un seul sein sur une plage horaire de trois heures afin de limiter physiologiquement la production lactée. Il a été également prescrit à cette maman un traitement homéopathique visant à réduire la quantité de lait produite. Or cette maman ne souffrait absolument pas d’hyperproduction. Par contre, son réflexe d’éjection était réellement puissant.
Des stratégies simples permettant de réduire l’inconfort des jumeaux et de la maman étaient d’ores et déjà appliquées : exprimer le premier jet de la tétée pour éviter aux bébés d’être gênés par un réflexe d’éjection fort. La position de la maman avait été aussi revue de manière à permettre aux enfants de mieux laisser s’écouler le lait en début de tétée qui, à priori, les gênait. »
Et nous attendions d’avoir atteint les six semaines post-partum permettant d’utiliser de l’homéopathie pour réduire la puissance de son réflexe d’éjection s’il restait puissant à ce stade – et il l’était.

Décider de ralentir physiologiquement la production de lait de la maman par ces stratégies relève dans ce cas de figure d’une méconnaissance de la physiologie, et cela peut avoir des répercussions néfastes sur le bon déroulement de l’allaitement par la suite. Et de manière générale toute stratégie inadaptée peut avoir des conséquences néfastes.
Heureusement, cette maman me recontactait pour être sûre qu’il fallait, ou non, suivre ces conseils ; néanmoins, au-delà de reconfirmer un diagnostic, voire de « râler » en mon for intérieur, je me mettais à la place de ma patiente et me disais : mais comment est-ce que je le vivrais, si je faisais face à des avis discordants ? A des conseils contradictoires ou incompatibles, même ?
C’est un problème que beaucoup de mères rencontrent, dès la maternité. (Dans mon activité de formatrice, il y a une demande unanime des membres d’équipe à former : « avoir le même discours ! » et cette demande est significative : certains soignants se rendent bien compte qu’il y a parfois des désaccords dans leurs connaissances). Et le retour à la maison ne signifie nullement que la mère ne fera pas éventuellement face à des divergences de « diagnostic » et de « traitement ».
Comment faire alors, lorsque l’on est une jeune maman se trouvant face à des difficultés pour trouver la bonne voie et faire le tri parmi les conseils que nous recevons de part et d’autre ? Et je ne parle pas des remarques maladroites de l’entourage qui ajoutent bien souvent une pression et sèment le doute dans l’esprit de la maman.
Comment faire pour s’y retrouver dans cette jungle de normes sanitaires, de standards appliqués au quotidien dans notre système de santé et dans nos sociétés ?
Nous avons oublié l’intelligence et la puissance du corps humain et nous devons réapprendre à nous faire confiance. Vous, mamans de jeunes enfants, devez réapprendre à vous écouter et prendre le temps d’essayer de comprendre. L’allaitement a des avantages tellement nombreux que je ne me risquerai pas ici à essayer de les énumérer. La simplicité peut en effet être l’un d’entre eux et paradoxalement une certaine complexité peut aussi se révéler. Non il n’est pas si simple de trouver les solutions qui conviendront dans chaque famille et chaque entité mère-enfant devra se faire son chemin avec plus ou moins de difficultés et d’épreuves.
Une des règles de base en matière d’allaitement est qu’il faille chercher des solutions aux problèmes et inconforts rencontrés ; ne pas subir et accepter la douleur sous-prétexte de vouloir le mieux pour son enfant. Par contre, même si les démarrages sont parfois qualifiés de chaotiques, il faut laisser du temps au temps ! Laisser du temps au corps pour faire son travail aussi et se faire confiance en trouvant la juste mesure pour être proactif d’une part et respectueux de nos rythmes biologiques d’autre part.
Parmi toutes les informations que vous allez entendre, faites confiance en celles qui raisonnent le mieux en vous et donnez-vous un peu de temps aussi.
Il est un conseil que je transmets volontiers aux mères : « Écoutez vos tripes, suivez votre instinct, la vérité est en vous » ; ce qu’on qualifie chez les femmes enceintes et nouvellement accouchées de « déficit cognitif », vous savez, ce côté « tête en l’air » « agenda, agenda, euh….. » « j’ai oublié, je me suis laissée submerger »…. C’est purement neurocomportemental ; en fait la Nature fait biologiquement s’effacer le cerveau gauche, au profit du cerveau droit ; si nous laissons notre cerveau droit mener la danse, nous serons plus ouvertes à la communication avec … le cerveau droit de notre enfant, nous serons plus intuitives, plus attentives, plus dans l’émotionnel ; et alors la réponse surgira souvent ; même l’installation pour une tétée s’améliore soudainement quand on écoute notre instinct et nos tripes – et non notre cerveau gauche.
Parfois donc, il faut distancer les choses, effacer ce qu’on a lu, entendu, lâcher les schémas, les photos, les instructions, et nous laisser aller avec notre instinct et nos tripes. D’ailleurs, est-ce que certaines mères n’ont jamais eu l’impression qu’en essayant d’apporter du contrôle et de la réflexion (cerveau gauche), les choses n’allaient pas si bien que cela ?
Nous ne pouvons pas retrouver une ligne parfaite, passer des nuits paisibles, retourner à nos activités d’antan six petites semaines seulement après l’accouchement. Alors oui cherchons des solutions et restons vigilants et humbles face à la mise en route de toute une synergie d’événements qui s’opère lors de l’arrivée d’un enfant.
C’est à nous, professionnels de la santé, consultants en lactation, bénévoles d’associations de promotion de l’allaitement, pédiatres, sages-femmes, docteurs généralistes, naturopathes, parents, grands-parents et / ou beaux parents, beaux frères et belles sœurs, amis et connaissances, voisins, puéricultrices… de nous reprendre et de penser que nous ne sommes pas celui qui sait. Continuons de nous intéresser et de nous impliquer si nous le désirons pour le bien-être d’autrui mais restons vigilants et prenons garde à ce que nous conseillons. Parfois, le simple fait de prendre le temps, prendre le temps d’observer une tétée, de prendre le temps de discuter, ou d’écouter de façon bienveillante sera un début de solution.

[Auteure] : Françoise Coudray, consultante en lactation IBCLC, formatrice et conférencière, Françoise Coudray est également la présidente fondatrice de l’A.D.J.+