La position la plus courante : la madone

Les précédents billets ont exploré les positions allongée et semi-inclinée en arrière ou « décontractée » (Biological Nurturing® ou Laidback Breastfeeding Position). Malgré les nombreux atouts qu’elles offrent, et particulièrement au démarrage de l’allaitement, ce ne sont pas toujours les positions d’allaitement les plus spontanément pratiquées. Celle qui est citée en tête si l’on demande « comment mettriez-vous un bébé au sein ? » demeure la « madone ». Dans cette position, le bébé repose sur votre avant-bras, bras gauche lorsque bébé tète le sein à gauche, bras droit lorsqu’il tète le sein droit. C’est celle que l’on utilise le plus pour représenter une mère allaitante et son bébé.

Cette position fait partie de ce que l’on appelle les « positions verticales » parce que la maman verticalise son dos. Elle s’assied le dos relativement droit ce qui est tout à fait pratique dans la vie quotidienne car cette position assise nous donne une allure socialement acceptable et praticable dans nos cultures occidentales.

Et pourtant attention, cette position est très piégeante car elle peut vite mettre un tout nouveau-né en difficulté.

Deux caractéristiques à cette position : le besoin de maintien de votre bébé sera assuré en grande partie par votre avant-bras et, de ce fait, vous aurez aussi un besoin de soutien qu’il faudra combler, au risque que s’installent des tensions musculaires et de la fatigue.

En quoi cette position pourrait-elle mettre votre bébé en difficulté ?  Étant donné sa taille, sa morphologie (crâne, nuque, bouche) et sa tonicité dans les premiers jours de vie, votre bébé va le plus souvent se retrouver la tête calée dans le creux de votre coude.

Faites l’essai un poupon et observez ce qui se passe : la tête et la nuque seront au mieux alignées avec le buste mais, la plupart du temps, la tête et la nuque seront en flexion vers le buste, menton rentré.
À présent, penchez votre tête en avant et essayez d’ouvrir grand la bouche, comme pour croquer dans une grosse pomme, et de tirer la langue en avant très loin hors de votre bouche. C’est très difficile n’est-ce-pas ? C’est pourtant exactement ce qui arrive aux nouveau-nés placés dans le creux du coude : ils ne seront donc pas du tout dans une posture adéquate pour prendre le sein profondément. Certains ne parviendront pas à « s’accrocher » au sein et « glisseront sans cesse sur le bout du mamelon ». D’autres parviendront à prendre le sein mais ils vont refermer la bouche sur le mamelon et entraîner rapidement douleur, gerçure et crevasse si le problème persiste ; il suffit d’une tétée pour cela ! Parfois ils peuvent réussir à attraper le sein sans blesser mais peut-être que le transfert du lait vers le bébé sera moins efficace et rapide, ce qui peut rendre les premiers jours difficiles. Ces inconvénients seront majorés si le ventre de bébé « regarde » le plafond au lieu d’être collé « au millimètre près » contre vous car il sera ainsi vrillé au niveau de la nuque. Faites l’essai de tourner votre tête de côté en étant assise et essayez de déglutir.

Vous vous souvenez aussi grâce aux billets précédents que les réflexes qui mènent votre bébé au sein : pousser sur les bras, hocher de la tête notamment vont ici l‘éloigner du sein au lieu de l’en approcher. Si cela se produit, vous aurez tendance à renforcer l’étreinte sur son buste voire sa nuque et sa tête, ce qui accentuera ses réflexes de défense et vous donnera l’impression qu’il vous « rejette », « ne veut pas du sein » ou encore « s’énerve au sein ». C’est un gros piège : il ne vous rejette pas du tout, il fait ce qu’il peut avec ses capacités pour le trouver mais c’est pour l’instant une position qui peut l’empêcher d’y parvenir.

Ici, le bébé est placé trop haut, on voit qu il essaye de se repousser. 

Il est très courant dans ma pratique de trouver des mamans et des bébés en difficulté, un bébé « qui ne sait pas prendre » précisément dans cette position. En essayant une position alternative (allongée sur le côté, BN ou madone inversée), le bébé parvient à prendre le sein parfaitement et sa maman retrouve confiance en elle !

C’est pour ces raisons et pour éviter ces écueils que l’oeil averti des professionnels qui vous soutiennent sera important pour éviter les complications.

Pour vous, cette position va nécessiter un soutien soigneux de votre avant-bras, par exemple un coussin d’allaitement de volume suffisant, un soutien de votre coude, un calage des lombaires et un repose-pieds qui vous permette de remonter vos cuisses. Tout cela facilitera un positionnement du coussin d’allaitement à hauteur suffisante et une meilleure posture de votre bassin.

Et soyez rassurée, si le démarrage de l’allaitement requiert souvent

de porter une attention fine à la position du bébé au sein, sachez qu’une fois que celui-ci aura bien appris, qu’il aura grandi et gagné en tonicité, il saura sans difficulté adopter des positions variées et il est même probable que cette position redeviendra préférée.

Bonnes tétées et à bientôt.

 

Confort maternel         ★ ★ ★ ★ ☆

Repos  maternel          ★ ★ ☆☆☆

Les réflexes du nouveau-né facilitent la tétée ★ ☆☆ ☆☆

Facilité prise du sein asymétrique   ★ ☆☆ ☆☆

Confort du bébé          ★ ★ ★ ☆☆

Tétée facile en public ★ ★ ★ ★ ★

Tétée facile à l’extérieur ★ ★ ★ ★ ★

Situations spécifiques :

Bébé « somnolent »    ★ ★ ★ ☆☆

Réflexe d’éjection fort            ★ ☆☆☆☆

Remettre au sein après prise du biberon sur période

prolongée ★ ☆☆☆☆

Bébé qui grandit et commence « à peser », bambin  ★ ★ ★ ★ ☆

[Auteure] : Dr Muriel Mermilliod, consultante en lactation IBCLC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 − trois =